septembre 13, 2018

Pangeanic devra créer la National European Central Translation Memory Data Platform (NEC TM DATA), un projet octroyé par la Commission européenne.

CE PROJET AMBITIEUX A POUR BUT D’ÉTENDRE LE FLUX DES MÉMOIRES DE TRADUCTION DES ENTREPRISES DE TRADUCTION AUX ADMINISTRATIONS PUBLIQUES.

Le consortium NEC TM DATA développera les éléments suivants :

  1. Une plateforme centrale paneuropéenne de partage de mémoires de traduction, par laquelle les mémoires de traduction seront partagées directement entre les administrations publiques, les entreprises de traduction, et les professionnels de la traduction dont le travail porte sur des traductions pour le secteur public
  2. Des versions de la plateforme NEC TM Data au niveau national pour que les États membres puissent organiser leurs ressources linguistiques, les catégoriser et les classer, ainsi qu’appliquer les pratiques du secteur (analogies) aux contrats de traduction
  3. Une mémoire de traduction collaborative en ligne à laquelle les entreprises de traduction pourront se connecter lors du processus de traduction, avec mise à jour automatique de chaque phrase traduite
  4. La création d’une campagne de sensibilisation au partage des données à niveau européen, promouvant de meilleures pratiques de partage des données dans le cadre des contrats de traduction entre les administrations publiques et les prestataires de services de traduction

La plateforme NEC TM DATA inclura l’analyse intégrale de textes, des analogies, l’intégration des outils de TAO et des indicateurs clés de performance (KPI) pertinents. La plateforme sera basée sur les technologies de Pangeanic ActivaTM (sous licence GPL), qui intégrera, utilisera et étendra la plateforme eTranslation du MIE (Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe) pour les services numériques européens nationaux et transfrontaliers. Ce projet aura également pour objectif l’intégration à d’autres projets de Pangeanic pour la Commission européenne, tels que le Point d’Accès Unique du projet iADAATPA axé sur l’accès de données entre autres fournisseurs de TA (marché), facilitant ainsi l’accès aux appels d’offres et au déploiement de TA/post-édition entre les États membres.

Dans un premier temps, la nouvelle plateforme mettra en place des programmes linguistiques nationaux et des procédures de collecte de données dans les pays participants, pour l’Association européenne de l’industrie des langues (ELIA), et pour les autorités nationales.

Le projet NEC TM Data est soutenu par le SEAD (Secrétariat d’État au Progrès numérique), basé en Espagne, dans le cadre de son propre plan linguistique national. Le consortium NEC TM Data se compose de deux autres partenaires : Tilde (Lettonie) et Ciklopea (Croatie). Ces trois pays dirigeront la mise en place d’une base de données centralisée des mémoires de traduction des contrats publics.

Campagne de sensibilisation paneuropéenne au partage des données

Afin de promouvoir de meilleures pratiques de partage des données et d’encourager l’utilisation de la plateforme NEC TM DATA, le consortium lancera une campagne paneuropéenne de sensibilisation au partage des données, qui s’efforcera de mobiliser les administrations publiques nationales en fournissant un cadre solide pour le partage des données. Une partie de cet engagement consistera en une étude sur les contrats de traduction au sein de l’UE, qui permettra de donner un aperçu de la valeur de tous les contrats de traduction au niveau national et des données générées qui peuvent être mises à disposition, ainsi que d’éventuelles économies possibles.

En marge de cette étude, des séances d’information de sensibilisation seront organisées, au cours desquelles les décideurs et les parties prenantes au niveau ministériel dans plusieurs pays seront sensibilisés à la nécessité de rassembler et d’organiser des ressources de traduction.

Plateforme NEC TM Data

Plateforme NEC TM Data National European Central Translation Memory Data Platform

En résumé, quels sont les trois objectifs principaux de la Plateforme NEC TM DATA ?

  • Établir un pont de données entre les administrations publiques et les prestataires de services de traduction
  • Promouvoir la libre circulation des données entre les administrations publiques et les professionnels de la traduction
  • Servir de passerelle entre les procédures de collecte de données de la Coordination Européenne de Ressources Linguistiques (CERL) et les procédures nationales de collecte de données numériques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *