Chez Pangeanic, lorsque quelqu’un de notre entourage extérieur à l’entreprise nous demande ce que nous faisons exactement, certaines personnes ont du mal à comprendre. Ceci est symptomatique de la méconnaissance du grand public en ce qui concerne le secteur de la traduction et les services multilingues. Ce secteur est inconnu pour beaucoup et la grande majorité de la population a tendance à confondre des concepts bien distincts, tels que la traduction et l’interprétation et par conséquent les professions de traducteur et d’interprète.

Nos services de traduction

Chez Pangeanic par exemple, nous ne proposons pas de service d’interprétation. Bien qu’une bonne partie des employés ait travaillé en tant qu’interprète de conférence, interprète pour la communauté (dans des hôpitaux, des tribunaux, pour la police, etc.), notre entreprise se concentre sur la traduction technique et spécialisée. Cela signifie que nous répondons aux besoins de clients (qu’il s’agisse d’entreprises ou d’institutions) ayant d’importants volumes de documents de nature technique ou appartenant à un domaine de spécialisation.
Dans le même temps, cela peut inclure la traduction de manuels d’utilisateur pour des logiciels informatiques, de prospectus pharmaceutiques, d’un site Web ou bien encore de différents catalogues et brochures d’une entité en cours d’internationalisation. Nous nous considérons ainsi comme des consultants culturels et linguistiques qui écoutent, analysent et répondent aux besoins de nos clients, que ces derniers sachent ou non s’ils souhaitent traduire ou adapter, dans quelle langue et dans quel délai.

La traduction, mais pas seulement…

Pour certains types de contenu et selon les objectifs de nos clients, nous nous occuperons non seulement de la traduction, en tant que transfert exact de sens d’une langue à une autre, mais également de la localisation ou de l’adaptation au marché cible, d’un point de vue culturel et fonctionnel. Ce type d’activité, la localisation, s’appuie sur la traduction comme une étape essentielle et indispensable. Cependant, la localisation de documents en lien avec le produit à un niveau international ou la localisation du site Web d’une entreprise dans 20 langues et sa maintenance nécessitent une connaissance pointue de la culture des entreprises et des marchés visés.

Nous disposons d’un réseau validé de traducteurs natifs dans les langues cibles, disposant bien sûr des qualifications adaptées à notre secteur en termes de diplômes, de formations, de connaissances démontrables, d’outils spécifiques au secteur et de références validant leur excellence dans un domaine technique ou de spécialisation. Pour ce qui est de la localisation, il convient de prêter une attention particulière aux aspects socioculturels clés, par exemple la façon de discerner la sémiologie d’une couleur, d’un animal, d’un symbole ou d’un geste donné dans les 15 marchés visés par notre client. Ainsi, lors de la localisation d’un site Web dans plusieurs langues et marchés, nous devons collaborer étroitement avec les spécialistes du marketing des produits ou services dans les zones géographiques d’intérêt.

Le poids d’un marché donné pour le service ou produit que vous proposez peut déterminer, par exemple, les variables d’anglais (britannique, américain) ou d’espagnol (mexicain, européen ou d’Espagne, dans le Cône Sud ou à l’international) dans lesquelles nous produisons des catalogues, du contenu Web ou même des dialogues pour des applications mobiles. Dans beaucoup de cas, ces décisions ne sont pas prises par l’agence de traduction ou le traducteur freelance, mais par l’équipe d’internationalisation du produit ou du logiciel, les spécialistes commerciaux ou marketing de l’entreprise, etc. Néanmoins, un dialogue entre toutes les parties impliquées dans ces processus doit prévaloir.

Les gaffes de localisation commises par certaines grandes entreprises mondiales, impatientes de s’implanter dans des pays « exotiques », qui choisissent d’ignorer ou de ne pas consulter des spécialistes du marché local, ne sont pas des cas isolés. Ces entreprises ont lancé des produits dont les noms signifiaient souvent quelque chose de ridicule, d’inapproprié ou même d’obscène dans un de leurs marchés cibles. La réputation de l’entreprise a ainsi souffert de ces erreurs, mais pas celle des traducteurs qui ont peut-être été commissionnés pour effectuer la traduction sans contexte ou sans informations suffisantes à propos du projet d’internationalisation en cours.

Traduction automatique et post-édition : au cœur du secteur

En plus de la traduction et la localisation, nous développons chez Pangeanic une technologie de traduction automatique personnalisée, pour nos clients ayant d’importants volumes de contenu à traduire. Imaginez une entreprise automobile, d’électronique grand public ou d’énergies renouvelables avec une vaste gamme de manuels techniques, de guides d’instructions, de brochures de produits, de rapports annuels des ventes, etc. devant être traduits chaque année, de manière périodique, trimestrielle par exemple, ou occasionnellement, comme à l’occasion du lancement d’une campagne. L’entreprise en question, quelle que soit sa taille, peut-elle se permettre de traduire ces larges volumes ?

Premièrement, il convient de remarquer que Pangeanic n’applique pas les mêmes tarifs pour les clients mettant à jour un même contenu que pour une nouvelle traduction, dont le texte original ne contient aucune correspondance avec un texte précédemment traduit. Pour découvrir si un texte est entièrement nouveau ou non, nous analysons les bases de données de traduction selon la combinaison de langues, le domaine de spécialisation, le client et même le produit/service et l’année. Ces bases de données bilingues sont appelées mémoires de traduction. Sur le plan technologique, ces systèmes de mémoires ne représentent pas une technologie avancée mais sont extrêmement pratiques pour les traducteurs et les chefs de projet de traduction, et s’avèrent avantageux pour le client, à qui nous assurons qu’il ne paiera pas le même prix pour une nouvelle phrase que pour une phrase déjà traduite par le passé.

Mais comme indiqué ci-dessus, Pangeanic développe également des solutions de traduction automatique. Qu’est-ce que cela signifie ? Cette solution va plus loin encore qu’une mémoire de traduction. À partir des mémoires de traduction d’un client de l’importance de Sony, nous avons créé pour eux des moteurs de traduction automatique, dans le domaine de l’électronique et dans des sous-domaines tels que le marketing produit, le contenu Web, les manuels techniques… afin de traduire plus, pour moins. Cette décision a été motivée par le raccourcissement des cycles de production de contenu multilingue, par l’augmentation de la quantité de données existantes inactives, et bien entendu par le besoin toujours plus présent de réduire les coûts.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la traduction automatique, il s’agit d’une technologie qui soulève plus en plus l’intérêt dans notre secteur. Même les jeunes traducteurs, bien formés et prêts à adopter de nouvelles dynamiques professionnelles, s’y intéressent. La raison est évidente. Si les moteurs sont développés à partir de données vraiment représentatives du domaine auquel nos futurs projets de traduction appartiendront, ils deviennent un véritable allié dont l’aide quotidienne précieuse permet de traduire 30 % à 70 % de plus que d’habitude.

Bien que nous soyons moins rémunérés pour la postédition, c’est-à-dire la révision et l’amélioration automatique de textes traduits, que pour la traduction traditionnelle, nous obtenons un grand bénéfice, en raison de l’importante quantité de contenu traduit. De plus, si les traducteurs travaillent régulièrement avec l’agence ou de leur côté avec ces moteurs de traduction, ils remarquent que l’effort de postédition diminue au fil du temps et de l’amélioration des moteurs.

Nous ne faisons pas référence ici aux moteurs généraux, souvent en ligne, tels que Bing ou Google Traduction, mais aux solutions personnalisées de PangeaMT où la confidentialité des données du client est totalement garantie et où les traducteurs peuvent gérer leurs propres données bilingues et fichiers postédités ainsi que leurs moteurs et les mettre à jour ou en créer de nouveaux au sein de la même combinaison de langue. Ils peuvent mélanger des données issues de différents domaines et entraîner de nouveaux moteurs, par ex. en mélangeant des données bilingues de moteurs de marketing et de mécanique automobile pour traduire un appel d’offre pour un concessionnaire en Amérique latine.

Les possibilités de ce service dans le secteur de la traduction augmentent au fil du temps, en fonction des besoins des clients et du besoin croissant de traduction, atteignant ainsi de nouveaux marchés, de nouvelles cultures et une technologie toujours plus omniprésente capable d’accélérer et d’améliorer les processus. Comme dans tout secteur, des critères de qualité stricts sont appliqués. Ces critères se transforment en méthodes de travail standard et favorisent la confiance des clients tout en créant des postes qui n’existaient pas auparavant, tels que les terminologues, les contrôleurs de qualité, les postéditeurs, etc.

Que vous soyez traducteur freelance ou un client potentiel, intéressé par les concepts et le fonctionnement de notre secteur, et de Pangeanic en particulier, nous vous recommandons de visiter la section Centre de connaissances sur notre site Web. Nous ajouterons plus d’articles enrichissants et utiles qui, nous l’espérons, vous intéresseront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *