Quel rapport y a-t-il entre les mots potiron, raquette, fanfare, amalgame, arsenal, arobase, guitare, café, calibre et chimie ?

Ces termes ont effectué un voyage depuis l’arabe jusqu’à nous, soit directement, soit via l’espagnol (consultez cet article pour découvrir les mots espagnols d’origine arabe). Effectivement, ces mots ont été réactualisés après l’installation maghrébine en France dans les années 1960.

Jean Pruvost, professeur de lexicologie et de langue française, explique dans son livre Nos ancêtres les Arabes, ce que notre langue leur doit « De la tasse de café à l’orangeade, de la jupe de coton au gilet de satin, de l’algèbre à la chimie ou aux amalgames, à propos de la faune, de la flore, des arts, des parfums, des bijoux, de l’habitat, des transports ou de la guerre, nous employons chaque jour des mots empruntés à l’arabe ».

L’arabe figure en troisième position des langues pour lesquelles le français a emprunté le plus de mots, derrière l’anglais et l’italien. Cette langue sémitique a pénétré le français plus qu’aucune autre langue non indo-européenne, telle que le turc ou le perse. En 2008, la population d’Arabes, notamment de la région du Maghreb, a atteint 6 000 000 de personnes. Elle représente alors 11 % de la population française.

C’est aussi leur passé d’alchimiste et de mathématicien qui a conféré aux anciens Arabes ce pouvoir de transmission des mots, aujourd’hui considérés comme universels. C’est dans le domaine scientifique que l’arabe a marqué le plus concrètement la langue française. Tout étudiant en algèbre sait-il que le mot « algèbre » vient d’un mot arabe désignant « la réduction d’une fracture » ?

Toutefois, il s’agit d’un phénomène bidirectionnel : l’arabe utilise également beaucoup de vocabulaire français. Ce n’est qu’après la colonisation française de l’Afrique du Nord que des mots français ont été transmis à l’arabe. La langue est ensuite devenue le reflet des mélanges de population, d’immigration et des conquêtes. Pensez à « décor », « coiffeur », « modèle ». Ce sont des mots couramment utilisés en arabe qui portent la marque française. C’est grâce à cette coexistence que les langues se mêlent extraordinairement.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *